Les Assises en Pologne de la Fédération Européenne des Banques Alimentaires du 12 au 13 juin 2015

56 représentants de 22 pays ainsi que les membres de l’équipe FEBA se sont rassemblés à Olsztyn (Pologne) pour les Assises annuelles et pour l’Assemblée Générale de la FEBA. La date choisie coïncidait avec la célébration du 15ème anniversaire de la création de la Banque Alimentaire d’Olsztyn.
Le rôle de la nourriture et des banques alimentaires dans le processus d’inclusion sociale pour les personnes démunies était le thème central de ces Assises. Conscientes que fournir des repas à un rythme régulier donne des possibilités aux volontaires et aux employés des banques alimentaires de développer des relations avec des personnes faisant l’expérience de la pauvreté, plusieurs Banques Alimentaires sont activement intégrées à des activités d’insertion sociale, comme l’a révélée l’enquête faite par la FEBA.
Ces activités comprennent des offres d’emploi dans les entrepôts des banques alimentaires (cariste, trieur, conducteur) ou dans les bureaux, des missions de volontariat, offrant ainsi une formation professionnelle aux personnes démunies, des ateliers de cuisine, des programmes éducatifs autour de la nutrition et de la prévention du gaspillage alimentaire, des partenariats avec des institutions pour la création d’entreprises de réinsertion pour produire ou transformer de produits alimentaires etc.
Les expériences « gagnant-gagnant » pour les banques alimentaires et les personnes démunies ont été présentées et évaluées pendant les différentes sessions donnant lieu à des débats riches et à une meilleure compréhension de ce qui semble faisable ou non pour les banques alimentaires qui souhaitent être plus actives en matière d’inclusion sociale.
Alors qu’un large accord existe pour dire que l’inclusion sociale n’est pas le rôle principal des banques alimentaires, la plupart des participants reconnaissent qu’impliquer des personnes en difficulté dans les activités de la banque alimentaire peut être d’une grande aide et génère souvent des expériences positives.
Á la fin, une session d’information a fait le point pour établir les avantages et les inconvénients pour les banques alimentaires d’être reconnues comme des acteurs de l’économie sociale. Ce troisième secteur économique se révèle être une voie innovante pour trouver des solutions au chômage grandissant. Il est aussi apparu que le cadre réglementaire des entreprises sociales restait flou et variait beaucoup d’un pays à l’autre. Il semble donc trop tôt pour tirer des conclusions définitives pour le réseau FEBA, à ce stade.