Collecte nationale : Quelques conseils à suivre

La Collecte nationale : Quelques conseils à suivre

Eu Banque alimentaire : à la recherche de bénévoles

La Banque Alimentaire recherche des bénévoles dans les Villes Sœurs et aux alentours. L’appel est lancé pour aider à la collecte des 25 et 26 novembre prochains dans plusieurs enseignes du secteur.

21/10/2016 à 16:50 par berengerejoly

Christian Lagon est à la recherche de bénévoles pour la collecte des 25 et 26 novembre. -
Christian Lagon est à la recherche de bénévoles pour la collecte des 25 et 26 novembre.

Les vendredi 25 et samedi 26 novembre prochains, la Banque Alimentaire organise sa collecte nationale. À Eu et aux alentours, quatre enseignes acceptent de laisser les bénévoles s’installer le long des caisses afin de récolter un maximum de dons :

  • Leclerc Étalondes,
  • Auchan Mers-les-Bains,
  • Intermarché Eu
  • et Carrefour Market Le Tréport.

Et si le correspondant local pour les Trois Villes Sœurs Christian Lagon bénéficie déjà de quelques soutiens, il a besoin de plus de bras !

« Les années précédentes, nous avons pu compter sur l’aide de bénévoles et de bénéficiaires de la Croix-Rouge, et de membres du Lions Club, du Moto Club des Villes Sœurs, du CCAS du Tréport et du Crédit Agricole de Eu. Mais ce n’est pas suffisant. Si nous pouvions avoir quelques personnes de bonne volonté supplémentaires, ce serait parfait ! » explique Christian Lagon. L’année dernière, il avait mis en place un système qui permettait un roulement entre les bénévoles, et qui ne les mobilisait pas trop longtemps dans la journée :

« on avait fait en sorte qu’il y ait des vacations de 2 heures. Cela avait bien fonctionné ».

Le fonctionnement

La Banque Alimentaire de Rouen et sa région est en partie dotée par les collectes, qui sont organisées deux fois par an. Les denrées sont stockées, « comme dans une banque ». Les associations partenaires qui distribuent des produits alimentaires viennent ensuite se fournir auprès de cette banque.

C’est notamment le cas de la Croix-Rouge de Eu, qui, tous les lundis matins, prend la direction de Rouen pour aller chercher de quoi remplir ses rayonnages. Ses distributions sont complétées par ce que la structure récupère lors des ramasses auprès d’Auchan et Intermarché.

Les 25 et 26 novembre, les bénévoles ne donneront pas de sac plastique à remplir, ces derniers étant désormais interdits par la loi sur la transition énergétique. « Mais, pour autant, ce n’est pas une raison de moins participer ! ». Il est donc demandé à tous« d’être généreux, pour ceux qui sont dans le besoin ».

Et si certains veulent bien, en plus, donner un peu de leur temps, ce serait encore mieux !

Pratique
Pour être bénévole lors de la collecte, contactez Christian Lagon au 02 35 86 23 22.

76260 Eu

2016

URNEE DE LA SOLIDARITE 28 MAI 2016 AU PARC DE CLERES

Cleres28mai20163LA FÊTE DE LA SOLIDARITÉ Le samedi 28 mai 2016 à partir de 10h30 au parc de Clères
Pascal MARTIN Président du Département de la Seine-Maritime
Yves LIGOT Président de la Banque Alimentaire de Rouen et sa Région
Jacques BAILLET Président de la Fédération Française des Banques Alimentaires
vous prient de bien vouloir honorer de votre présence

À partir de 14h30 :
– Cours d’art floral (art de concevoir un bouquet de fleurs) animé par Thierry Hay, Responsable des parcs et jardins des sites et musées départementaux
– Cours de danse country avec le groupe Country Line Dance
– Visite de l’exposition des vitraux
– Atelier maquillage pour les enfants
– Info bien manger
– Interventions théâtrales par la troupe du foyer Culture et Loisir de Clères, extraits de “la station champbaudet” d’Eugène Labiche

COLLECTE NATIONALE LES 22,23 ET 24 AVRIL 2016 : © UNION AGRICOLE

Lutter contre le gaspillage alimentaire

La prochaine collecte de la Banque alimentaire se déroulera le 22, 23 et 24 avril dans 120 magasins. Rencontre avec Yves Ligot, président de la Banque alimentaire de Rouen et sa région et Mari-Carmen Lanchon chargée de communication.

unionagricole1

Lutter contre le gaspillage alimentaire est notre philosophie, rappellent Yves Ligot et Mari-Carmen Lanchon – © V. Sorieul

La prochaine collecte de la Banque alimentaire se déroulera le 22, 23 et 24 avril dans 120 magasins ? Quels sont les besoins ?

Yves Ligot : Nous collectons tout et nous redistribuons tout et ce sans période d’interruption. Nous avons distribué l’équivalent de 5 millions de repas l’année passée Il y a deux banques alimentaires en Seine-Maritime, la partie ouest sur le Havre à gauche d’Yvetot et la partie est sur Rouen. La demande a hélas encore progressé de 30 % en deux ans. La Banque alimentaire de Rouen et sa région (BARR) sert 10 000 bénéficiaires. Les agriculteurs seinomarins sont généreux et nous les remercions. Sur les 2 500 tonnes collectées l’année passée par les camionnettes de la banque alimentaire, 100 à 120 tonnes proviennent du secteur agricole. Une personne est d’ailleurs affectée spécifiquement à la prospection du secteur. Les agriculteurs doivent savoir que nous établissons une attestation fiscale pour les dons. Ce matin, une productrice de pommes nous a contactés pour enlever deux palettes.

Nous avons besoin de fruits et légumes, de légumineuses. Nous préférons des produits déjà conditionnés, mais il nous arrive aussi fréquemment de reconditionner des légumes livrés en vrac. En cas de surplus de dons nous les redirigeons vers d’autres banques. Nous n’avons pas besoin de lait car celui-ci nous est fourni en quantité suffisante. Lutter contre le gaspillage alimentaire est notre philosophie. Il faut savoir que les fruits et légumes impropres à la consommation humaine sont donnés au Parc de Clères pour les animaux.

unionagricole2
Les 90 associations qui ont l’agrément pour distribuer les produits aux bénéficiaires de la zone que couvre la BARR viennent au Houlme chercher leurs commandes. – © Valérie Sorieul

Comment les dons sont-ils distribués ?

Yves Ligot : La Banque alimentaire est une ruche qui ne pourrait fonctionner sans l’implication de la trentaine de bénévoles et des sept salariés qui s’activent tous les jours pour réceptionner, trier, reconditionner, préparer les commandes à l’attention des 90 associations qui ont reçu l’agrément des CCAS et de la préfecture pour distribuer les produits aux bénéficiaires de la zone que nous couvrons. Nous vérifions nous-mêmes sur le terrain que les aliments sont conservés dans les conditions d’hygiène requises. Nous récupérons des congélateurs auprès d’entreprises partenaires pour équiper les locaux de distribution qui en ont besoin. Les associations se déplacent au Houlme pour venir chercher les commandes.

Comment l’action de la Banque alimentaire est-elle perçue sur le terrain ?

Mari-Carmen  Lanchon : Les banques alimentaires n’ont pas vocation à rencontrer les bénéficiaires. Ce sont les associations qui ont le contact. Mais nous réfléchissons à des actions qui vont au delà de la première subsistance pour sortir les gens de leur quotidien. Ainsi l’année passée nous avons organisé une grande fête au parc de Clères. Des bénéficiaires disaient, « c’est la première fois qu’on a une journée de vacances de notre vie ». Comme c’était la veille de la fête des mères, les enfants sont repartis avec une rose à offrir. Je me souviens d’un enfant qui ébahi devant toutes ces fleurs m’a dit « c’est tellement beau que l’on se croirait au mariage du prince William ».

Nous avons créé une épicerie itinérante qui distribue une aide alimentaire aux étudiants et dans les milieux ruraux. Nous avons ainsi une approche terrain riche d’enseignements.

Avez-vous de prochaines actions en vue ?

Mari-Carmen  Lanchon : La prochaine date est évidemment la collecte du 22 au 24 avril. Plus loin, nous essayons de monter un concert à l’opéra de Rouen, où des places seraient offertes aux bénéficiaires par des entreprises donatrices. Les bénéficiaires côtoieraient ainsi les donateurs et les bénévoles. Il y a aussi deux groupes de rock qui nous ont contactés pour jouer au bénéfice de la banque alimentaire. Enfin, je rêve d’organiser un marché géant avec des agriculteurs dont les bénéfices seraient partagés entre eux et la banque alimentaire. Car nous ne voulons pas être que demandeurs. Nous voulons être dans le partage. Une belle occasion de tisser des liens, j’attends une proposition !

unionagricole3
Les fruits et légumes livrés en vrac sont reconditionnés – © article publié sur le site L’Union agricole le 20 avril 2016 par Valérie Sorieul.

Pour effectuer un don à la BARR contacter Michel Gelin au 02.35.08.53.58.

 

 

 

 

COLLECTE NATIONALE LE DERNIER VENDREDI ET SAMEDI DE NOVEMBRE CHAQUE ANNÉE.

Comme sur toute la France, la Collecte Nationale s’est déroulée dans une centaine de Grandes et Moyennes Surfaces de notre département.

Merci pour tous vos dons : Vous avez été encore une fois très généreux

Libellé  Kg  Kg
Pâtes 35 437 35 437
Cons. légumes 16 876 20 090
plat viande/légumes ambia 12 134 13 634
Riz long/rond 10 425 10 859
Petits pots et assimilés 2 907 4 927
Sucre en morceaux 3 807 3 807
Lait/Don de Lait 3 492 3 492
Potages liquide ambiant 3 205 3 410
Assiettes Bébé 2 970 3 307
Huiles végétale/mélanges 3 193 3 292
Biscuits sucrés secs 2 196 2 312
Cons. poisson crustacé na 1 518 1 971
Café grain/moulu 1 645 1 732
Farine de blé 1 632 1 632
Cons. compote tt format 1 230 1 382
Sauces tomates/coulis 1 014 1 284
Confitures/gelées/marmela 795 1 169
Céréales sucrées 956 1 006
Poudre petit déjeuner 873 981
Graine de couscous/semoul 966 966
Pomme de terre en flocons 836 961
Potage/purée BB 820 911
Lait en poudre BB 736 818
Cons. fruits sirop tt for 703 790
Pdts Hygiène Famille 684 684
Lait infantile liquide 661 661
Légumes secs à cuire 597 615
Patisserie emballée/cello 513 604
Céréales/farines/biscuits 537 603
Sodas/boissons sucrés/aro 584 602
Chocolat noir/lait/noiset 490 521
Puériculture 509 509
Confiserie de chocolat 374 394
Pâtés/terrines conserve 327 363
Pâtes 296 296
Condiments bocaux/boîtes 199 252
Eaux 217 217
Café soluble/aromatisé 65 187
Biscottes/Pain grillé 158 177
Pdts Entretien Linge Mai 174 174
Gélifié/Flan/Entremet/Mou 150 158
Yaourt fro bl.suissnat/ar 145 156
Potages déshydratés 119 121
Légumes frais Lotis 78 84
Assortiment charcuterie 60 67
Lait concentré sucré 55 55
Chips 47 54
Thé/Infusion/Chicorée 30 51
Pain de mie/Tranché 39 46
Lait en poudre(Adulte) 26 31
Animalerie 28 28
Entremets poudre/prêt à c 22 24
Oeufs 9 10
Total 117 560 127 914

Quelques images de nos Bénévoles à l’entrée des Hypermarchés lors de la collecte d’hiver 2015 :

et du tri dans le dépôt du Houlme :

2000 bénévoles ont participé à la collecte nationale de la Banque alimentaire de Rouen et sa région

GRDF OFFRE UN CAMION À LA BANQUE ALIMENTAIRE DE ROUEN

Le camion qui tombe à pic
Emmanuel SHILLEWAERT, directeur térritorial GRDF de Haute Normandie, a remis les clefs d’un véhicule utilitaire à Yves LIGOT, président de la Banque Alimentaire de ROUEN et sa Région a souligné Emmanuel SHILLEWAERT. Depuis 2009, de nombreux collaboraturs de GRDF sont mobilisés pour mener des actions concrètes de solidarité aux coté des Banques Alimentaires de proximité. Ce sera le cas pour la collecte d’hiver du week end prochain. Samedi 28 novembre, les salariés de GRDF Normandie se succéderont tout au long de la journée avenue Pasteur, pour assurer la collecte auprès des bénévoles de la banque.
Mot du président
Monsieur le directeur, chers amis
Nous voici réunis près du véhicule que nous remet gracieusement Mr SHILLWAERT, directeur térritorial GRDF de Haute Normandie.
Derrière ce don, se profile une cause humanitaire défendue depuis longtemps par cette grande entreprise nationale.
GRDF a toujours été un partenaire des Banques Alimentaires et localement, a mené des actions et proposé des idées nouvelles concernant les collectes locales et nationales.
Sachons remercier les hommes et les femmes qui en donnant le meilleur d’eux-mêmes, participent au succès d’une œuvre pour nous indispensable.
Les temps sont difficiles
– 7000 bénéficiaires en 2013
– 10000 en 2015
Les besoins restent immenses et ne prennent pas le chemin d’une quelconque diminution.
A nous d’améliorer nos performances et de trouver de nouvelles sources d’approvisionnement afin d’assurer l’aide alimentaire pour tous.
restons cependant confiants en tous ceux qui croient en leur action et ne ménagent pas leurs efforts.
Notre plus grande satisfaction n’est-elle pas de constater le sourire de celles et ceux que nous retrouvons dans les villes, sur les campus ou en milieu rural.
Merci encore, Monsieur le Directeur pour votre action.

L’EPICERIE ITINÉRANTE DE ROUEN ET SA RÉGION



ETUDIANT
:

Vous avez des difficultés à boucler vos fins de mois ? Pensez à l’Epicerie Itinérante de Rouen et sa Région : l’EI2R !
Chaque semaine l’EI2R vous propose environ 5 kg de denrées alimentaires, soit l’équivalent de 10 repas pour une participation de 3 €.
De quoi chaque mois économiser plus de 50 euros sur votre budget alimentation !

Les conditions d’accès (une seule suffit)

– Etre boursier de l’enseignement supérieur

– Etre dispensé des frais universitaires ou de l’école

– Etre logé en résidence d’étudiants géré par le CROUS

– Etre présenté par une personne habilitée de l’université, du CROUS ou de l’école fréquentée par l’étudiant (Assistante sociale, responsable de la vie estudiantine, …)
EI2RPour les inscriptions, rendez vous entre 18h et 19h30

– les lundis 15, 22, 28 septembre pour les étudiants de Pasteur au pied de l’amphi 300

– Les mardis 15, 22 ou 29 septembre pour les étudiants du Madrillet en salle du conseil au rez-de-chaussée de la faculté des sciences

– Les mardi 15, 22 ou 29 septembre et jeudis 17 et 24 septembre et jeudi 1er octobre pour les étudiants de Mont Saint Aignan au CCU qui se situe 1 rue LJ Deroux (à 200 mètres du parking de Néomia, rue André Siegfried)

LES COLLABORATEURS DE MARS ET BOUYGUES IMMOBILIER TRAVAILLENT À LA BARR PENDANT UNE JOURNÉE.

*Unis-cité solidarité Entreprises nous a envoyé 2 groupes de collaborateurs (12 personnes pour MARS, 25 personnes pour BOUYGUES) pour une journée de travail au dépôt de la BAR de Rouen.

Tris, mises en cagette et préparations de lots pour les associations ont été exécutés dans la bonne humeur mais aussi avec efficacité.

Un pot de départ a clôturé ces journées.

Toutes les personnes accueillies ont été enchantées et ont mieux compris la finalité de la Banque Alimentaire et ne manqueront pas de distiller l’information autour d’eux.

Yves Ligot a présenté la BA, son rôle, son action, son fonctionnement pendant 30 minutes.

Nathalie, responsable du dépôt, a piloté les groupes sans oublier d’expliquer les différentes phases entourant la réception des aliments, leurs enregistrements informatiques, leurs stockages avant distributions rapides compte tenu des dates limites de consommation courtes.

Lettre de remerciements du Directeur régional de Bouygues immobilier Nord Ouest :

Les collaborateurs des agences de CAEN et ROUEN vous remercient infiniment d’avoir accepté de nous recevoir le vendredi 18 septembre dernier.

Nous avons vraiment passé une très agréable journée, très heureux de l’accueil, des missions et de l’organisation.

Nous espérons vous avoir été d’une grande aide pour mettre en cagettes et conditionner les colis de denrées. Ce fut pour nos équipes un moyen de partager nos valeurs et de renforcer notre cohésion d’équipe.

Souhaitant d’autre part que cette journée ait sensibilisé certains collaborateurs à faire des dons voire même devenir bénévole.

Banques alimentaires : « Le lien avec les collectivités est essentiel »

 Jacques Bailet, président du réseau des Banques alimentaires © @BanquesAlim  

par Isabelle Raynaud. Dans la lutte contre le gaspillage alimentaire, les collectivités locales sont « des partenaires très importants », affirme Jacques Bailet, le président du réseau des Banques alimentaires.

Cet article fait partie du dossier:

Lutte contre le gaspillage alimentaire : une opération gagnante pour les collectivités voir le sommaire

 

Regrettez-vous la censure par le Conseil constitutionnel de l’amendement contre le gaspillage alimentaire du texte sur la transition énergétique ?

Jacques Bailet. De façon pratico-pratique, la censure du Conseil constitutionnel ne change rien. La grande distribution est notre principal donneur. En 2014, sur 100 000 tonnes distribuées, 35 000 proviennent de la grande distribution. C’était en augmentation de 10% par rapport à 2013.

Et, sur les six premiers mois de l’année 2015, les dons de la grande distribution ont augmenté de 10% par rapport à la même période de 2014. Le partenariat que nous avons avec la grande distribution est donc stratégique.

 

La proposition de loi qui doit être portée par Guillaume Garot, reprenant le texte censuré par le Conseil constitutionnel est-elle du coup importante pour vous ?

J. B. L’apport de ce texte est qu’il renforce l’intérêt sur le gaspillage alimentaire. Ce qui a été fait, la convention signée entre la grande distribution et la ministre de l’Environnement Ségolène Royal, est une bonne façon de rebondir après l’échec de l’amendement.

Mais si on accroît le produit de la collecte, il va falloir plus de gens et des moyens supplémentaires pour ramasser les denrées. Il faut, avec tous les acteurs, se donner un moyen et définir les moyens que l’on met.

 

© @BanquesAlim

Les 79 banques alimentaires distribuent près de 15 000 tonnes de denrées via les centres communaux d’action sociale (CCAS). Cela représente 30 millions de repas, soit 15% des denrées distribuées”

 

Parmi ces acteurs, quelle place occupent les collectivités locales ?

J. B. Les collectivités sont pour nous des partenaires très importants. D’abord car les 79 banques alimentaires distribuent près de 15 000 tonnes de denrées via les centres communaux d’action sociale (CCAS). Cela représente 30 millions de repas, soit 15% des denrées distribuées. Institutionnellement, les collectivités territoriales sont des partenaires, le lien est essentiel.

Nous développons aussi des partenariats financiers avec les collectivités : conseils départementaux, villes et certaines régions supportent l’action des banques alimentaires. Beaucoup de collectivités voient l’importance de l’accompagnement alimentaire. Malgré les contraintes budgétaires sérieuses actuellement, l’aide qui est versée est sacralisée.

Notre mode d’intervention est extrêmement efficace. Nous n’achetons aucune denrée et nous travaillons majoritairement avec des bénévoles. L’argent donné nous sert à acheter des camions et camions frigorifiques, payer pour les locaux, le fioul… Lorsqu’on met 1 euro dans les banques alimentaires, ça permet donc de distribuer 8 euros de marchandises.

Il est beaucoup plus efficient de donner 10 euros à une banque alimentaire qu’à un bénéficiaire. Dans un monde financièrement tendu, c’est très parlant et efficace en matière de gestion des deniers publics.

 

© @BanquesAlim

Dans le cahier des charges, lorsque la collectivité choisit son prestataire, il faut éviter de surproduire et ensuite prévoir de récupérer les denrées qui sont excédentaires.”

 

Comment aider les collectivités territoriales à moins gaspiller ?

J. B. Nous avons des partenariats sur la pédagogie à faire auprès des enfants et adolescents. Nous avons l’agrément « d’association éducative complémentaire de l’enseignement public », accordé par le ministère de l’Education nationale. Cela nous permet d’aller dans les écoles pour donner des conseils sur la nutrition et comment éviter le gaspillage. Sur ce dernier point, il y a un besoin d’éducation du consommateur et plus on s’y prend en amont, mieux c’est.

Il y a également un gisement de lutte contre le gaspillage alimentaire au niveau des cantines des collectivités territoriales : aussi bien au niveau scolaire que dans les cantines pour les fonctionnaires territoriaux.

C’est une source de denrées qu’il faut pouvoir récupérer. Pour cela, il faut prendre les choses le plus en amont possible : dans le cahier des charges, lorsque la collectivité choisit son prestataire, il faut éviter de surproduire et ensuite prévoir de récupérer les denrées qui sont excédentaires.

RÉSULTATS DE LA COLLECTE D’AVRIL 2015

RÉSULTATS DE LA COLLECTE D’AVRIL 2015

Familles Collecte après tri (Kg Brut)
PÂTES/ SEMOULE/ RIZ/ BLÉ 27 889
LÉGUMES 14 633
PLATS CUISINÉS 9 105
PRODUITS POUR BÉBÉS 8 840
LAITS 3 006
SUCRES 2 328
BISCOTTES/ BISCUITS 1 818
MATIÈRES GRASSES 1 805
POMMES DE TERRES/ FARINES 1 665
POISSONS 1 418
PETITS DÉJEUNERS/ CÉRÉALES 1 337
FRUITS 1 140
PRODUITS NON ALIMENTAIRES 1 025
CAFÉS/THÉS/ INFUSIONS 1 021
POTAGES/ BOUILLONS 1 004
CONDIMENTS 978
CONFITURES/ MIELS 899
BOISSONS 661
PAIN/PATISSERIE/VIENNOISERIE 501
CHOCOLATS/ CONFISERIES 420
FRUITS ET LÉGUMES SECS 366
CHARCUTERIES 234
VIANDES 167
CRÈME/ ENTREMETS 165
PRODUITS LAITIERS 22
OEUFS 20
Total 82 467

RÉSULTATS DE LA COLLECTE DE FIN NOVEMBRE 2014 POUR ROUEN ET SA RÉGION

RÉSULTATS DE LA COLLECTE de FIN NOVEMBRE 2014 POUR ROUEN et sa Région

Collecte Nationale 2014 ROUEN et sa Région
DETAIL DES PRODUITS COLLECTES
Article Libellé de l’article Quantité
1110002 Pâtes 31 406 Kg
4510002 Cons. légumes 22 219 Kg
2510001 Petits pots et assimilés BB 14 291 Kg
4210022 plat viande/légumes ambiant 14 176 Kg
1110052 Riz long/rond 9 617 Kg
1910002 Sucre en morceaux 4 304 Kg
910007 Lait/Don de Lait 4 115 Kg
1310002 Potages liquide ambiant 3 596 Kg
1710002 Huiles végétale/mélanges 3 302 Kg
210032 Biscuits sucrés secs 2 831 Kg
4910011 Cons. poisson crusthuile/sauce 2 070 Kg
1010002 Farine de blé 1 763 Kg
310002 Café grain/moulu 1 675 Kg
2010001 Confitures/gelées/marmelades 1 410 Kg
4410001 Cons. compote tt format 1 384 Kg
4410011 Cons. fruits sirop tt format 1 346 Kg
1410061 Sauces tomates/coulis 1 283 Kg
1010032 Pomme de terre en flocons 1 253 Kg
6010010 Pdts Hygiène Famille 1 220 Kg
410012 Céréales sucrées 1 168 Kg
2810011 Sodas/boissons sucrés/arom 834 Kg
1110031 Graine de couscous/semoule 787 Kg
110032 Patisserie emballée/cellophane 739 Kg
410002 Poudre petit déjeuner 698 Kg
610002 Chocolat noir/lait/noisettes.. 606 Kg
6010000 Puériculture 594 Kg
1210032 Légumes secs à cuire 551 Kg
4810011 Pâtés/terrines conserve 508 Kg
1410081 Sel/épices/poivre/aromates 398 Kg
610021 Bonbons et assortiments 264 Kg
4320001 Yaourt fro bl.suissnat/arom. 235 Kg
610012 Confiserie de chocolat 204 Kg
310011 Café soluble/aromatisé 187 Kg
210002 Biscottes/Pain grillé 184 Kg
810001 Gélifié/Flan/Entremet/Mousse 170 Kg
1310011 Potages déshydratés 95 Kg
910031 Lait concentré sucré 70 Kg
4220901 Plts cuisinés/autres GMS lotis 70 Kg
6010030 Pdts Entretien  Linge Maison 61 Kg
810031 Entremets poudre/prêt à cuire 45 Kg
910051 Autres laits Ambiants 44 Kg
2810001 Eaux 42 Kg
310032 Thé/Infusion/Chicorée 32 Kg
210012 Biscuits salés/ Croutons 30 Kg
910021 Lait en poudre(Adulte) 22 Kg
1010041 Chips 17 Kg
TOTAL GENERAL 131 916 Kg

 

Les Assises en Pologne de la Fédération Européenne des Banques Alimentaires du 12 au 13 juin 2015

56 représentants de 22 pays ainsi que les membres de l’équipe FEBA se sont rassemblés à Olsztyn (Pologne) pour les Assises annuelles et pour l’Assemblée Générale de la FEBA. La date choisie coïncidait avec la célébration du 15ème anniversaire de la création de la Banque Alimentaire d’Olsztyn.
Le rôle de la nourriture et des banques alimentaires dans le processus d’inclusion sociale pour les personnes démunies était le thème central de ces Assises. Conscientes que fournir des repas à un rythme régulier donne des possibilités aux volontaires et aux employés des banques alimentaires de développer des relations avec des personnes faisant l’expérience de la pauvreté, plusieurs Banques Alimentaires sont activement intégrées à des activités d’insertion sociale, comme l’a révélée l’enquête faite par la FEBA.
Ces activités comprennent des offres d’emploi dans les entrepôts des banques alimentaires (cariste, trieur, conducteur) ou dans les bureaux, des missions de volontariat, offrant ainsi une formation professionnelle aux personnes démunies, des ateliers de cuisine, des programmes éducatifs autour de la nutrition et de la prévention du gaspillage alimentaire, des partenariats avec des institutions pour la création d’entreprises de réinsertion pour produire ou transformer de produits alimentaires etc.
Les expériences « gagnant-gagnant » pour les banques alimentaires et les personnes démunies ont été présentées et évaluées pendant les différentes sessions donnant lieu à des débats riches et à une meilleure compréhension de ce qui semble faisable ou non pour les banques alimentaires qui souhaitent être plus actives en matière d’inclusion sociale.
Alors qu’un large accord existe pour dire que l’inclusion sociale n’est pas le rôle principal des banques alimentaires, la plupart des participants reconnaissent qu’impliquer des personnes en difficulté dans les activités de la banque alimentaire peut être d’une grande aide et génère souvent des expériences positives.
Á la fin, une session d’information a fait le point pour établir les avantages et les inconvénients pour les banques alimentaires d’être reconnues comme des acteurs de l’économie sociale. Ce troisième secteur économique se révèle être une voie innovante pour trouver des solutions au chômage grandissant. Il est aussi apparu que le cadre réglementaire des entreprises sociales restait flou et variait beaucoup d’un pays à l’autre. Il semble donc trop tôt pour tirer des conclusions définitives pour le réseau FEBA, à ce stade.

Gaspillage alimentaire : « Il faudra des moyens pour gérer les nouveaux dons »

Le Monde.fr | • Mis à jour le |Par Jérémie Lamothe

Dans un hypermarché d'Ivry-sur-Seine.

Dans le cadre de l’examen de loi sur la transition énergétique, l’Assemblée nationale a adopté à l’unanimité, jeudi 21 mai, trois amendements qui interdisent à la grande distribution de jeter leurs invendus. Les moyennes et grandes surfaces, à partir de 400 m², devront désormais passer des conventions avec les associations afin de faciliter les dons alimentaires.

Une obligation légale qui vient consolider un système qui existe déjà, rappelle Jacques Bailet, président de la Fédération française des banques alimentaires : « Cet amendement renforce la solidarité qui était déjà présente entre distributeurs et associations. Nous travaillons avec près de 2 000 grandes surfaces, c’est notre principal contributeur. » Ainsi sur les 100 000 tonnes de denrées alimentaires que distribuent chaque année les Banques alimentaires, 35 % viennent des grandes surfaces. « Et il y a eu une progression de 10 % entre 2013 et 2014 », précise Jacques Bailet.

Le vote des députés est également une très bonne nouvelle pour l’association Le Chaînon manquant, qui fait le lien entre la grande distribution et les associations alimentaires. Pour son délégué général, Julien Meimon, « ce vote contribue à mettre l’accent sur la lutte contre le gaspillage alimentaire. Ça va permettre d’amplifier et de dynamiser un système qui existe déjà ».

Une obligation défavorable aux petites surfaces

Mais si l’unanimité a été trouvée dans l’Hémicycle et chez les associations alimentaires, la grande distribution ne s’associe pas à ce consensus général. Pour Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD), ces amendements « viennent rajouter de nouvelles contraintes et de la paperasse supplémentaire ». « Nous comptons 4 500 magasins qui ont déjà des partenariats avec les associations alimentaires, poursuit M. Creyssel. Ces amendements viennent compliquer un système qui marche. »

Du côté de la Croix-Rouge, on reconnaît que « le système de conventions entre les associations et la grande distribution existe déjà ». Mais pour Patrice Dalem, directeur de l’action sociale chez l’association humanitaire, le vote des députés permet « une prise de conscience de la part de ceux qui n’étaient pas dans cette démarche. C’est une dynamique vertueuse qui est mise en place. »

Mais le délégué général de la FCD n’en démord pas. Ce dernier se soucie particulièrement des plus petites surfaces : « On sait bien que dans les grandes surfaces ça se passe bien, mais pour les plus petites, celles qui font entre 400 et 1 000 m², ça sera plus compliqué de respecter ces obligations. Elles se situent souvent en centre-ville, elles ont peu de produits qui peuvent être donnés et elles n’ont pas forcément d’entrepôt de stockage. »

Voir notre infographie : Chaque année, 1,3 milliard de tonnes de nourriture gaspillées

Les associations demandent des moyens

Ces nouvelles obligations vont également demander une logistique accrue aux associations alimentaires. Ces dernières vont devoir s’adapter pour faire face à l’explosion des dons. C’est le cas des Banques alimentaires, prévient Jacques Bailet : « Il va falloir assurer des moyens humains et matériels pour gérer ces nouveaux dons. Il faut que les associations bénéficient de moyens complémentaires de la part des collectivités locales, des mécènes et des enseignes de la grande distribution. »

Les associations mettent notamment en avant la déduction fiscale de 60 % dont bénéficient les grandes surfaces après chaque don. Pour M. Bailet, « il paraît normal qu’une partie de cette déduction fiscale soit recyclée vers les associations, pour nous permettre de nous équiper en biens logistiques ». Si le président des Banques alimentaires souligne le bon comportement de Carrefour, « qui nous a déjà livré près de 200 camions frigorifiques », il met en garde les autres groupes qui ne voudront pas apporter une aide financière aux associations :« Nous mettrons les autres enseignes en face de leurs responsabilités. »

Mais pour le délégué général de la FCD : « On aide déjà beaucoup les associations. Des fondations ont été créées par les grands groupes pour financer des camionnettes, des entrepôts… On ne peut pas à la fois donner et financer le système. » Pour lui, c’est désormais à « l’Etat et aux collectivités locales de prendre leurs responsabilités ».

  • Jérémie Lamothe
    Journaliste au Monde

COLLECTE DE LA BANQUE ALIMENTAIRE  les 10 11 et 12 Avril 2015 :

Merci

La Banque Alimentaire de Rouen et sa Région organise la collecte de printemps les 10,11 et 12 avril 2015. 

Nos collectes représentent une part importante des 2300 tonnes de denrées alimentaires soit plus de 4,6 millions de repas distribués aux plus démunis en 2013.

Pour cette collecte, nous avons besoin de bénévoles, de vous, par exemple pour:

  • 2 heures : Il s’agit de distribuer un sac à remplir de denrées par les clients des magasins d’alimentation et de les recevoir à leur sortie.
  •  1 week-end : Vous avez la responsabilité d’un magasin et d’une équipe avec l’établissement d’un planning d’intervenant à recruter dans vos connaissances : amis, famille, associations ou entreprises.
  • De 1 à plusieurs transports avec votre véhicule pour rapporter les produits des points de collecte jusqu’à notre dépôt du Houlme
  • De 1 à plusieurs demi-journées pour trier et ranger dans l’entrepôt les tonnes de produits collectés

Bénévoles, venez nous rejoindre. nous avons besoin de vous.

Si vous habitez plus particulièrement dans les régions d’Yvetot, Tourville la Rivière et St Etienne du Rouvray, écoutez le message de Serge Villette.


Pour nous contacter:

Si vous souhaitez nous contacter :
Votre nom (obligatoire).............
Votre prenom............................
Votre email (obligatoire)............
Votre téléphone.........................
Votre mobile..............................
Votre rue....................................
Votre code postal.......................
Votre ville...................................
Sujet...........................................
Si vous souhaitez joindre un fichier :

Votre message


Banque Alimentaire de Rouen et sa Région
165 avenue du Général de Gaulle
76770 LE HOULME
Tél: 02 35 08 44 04
ba.collecte@barrouen.fr