Accompagner

Banques Alimentaires, associations et organismes sociaux partagent leurs actions innovantes afin de placer la personne accueillie au centre du processus.

Les associations fournissent l’aide alimentaire sous plusieurs formes :

  • les colis parent au plus urgent : c’est souvent le début d’un contact avec les personnes les plus démunies et déjà un début d’insertion puisqu’il faut en respecter les horaires ; peu à peu, les associations peuvent ainsi orienter ces bénéficiaires vers les structures adaptées ;cette étape est importante et un effort est fait pour diversifier le contenu des colis. 

     

  • les  repas partagés sont une belle source de convivialité : les bénéficiaires redécouvrent ainsi, parfois, des  règles de vie : pour ceux qui ont perdu l’habitude de se nourrir correctement, il est important d’être accompagnés pour réapprendre à préparer un vrai repas, à s’asseoir à heures fixes et à partager ce moment de restauration avec d’autres.

  • les épiceries sociales proposent l’achat de denrées à des bénéficiaires peu solvables (la personne accueillie ne doit pas payer plus de 10% du prix du produit, lorsque celui-ci provient d’une Banque Alimentaire). Ils sont ainsi sensibilisés à  la valeur des aliments, à la nécessité d’éviter le gaspillage, et à la contrainte de hiérarchiser ses dépenses ; cet apprentissage est un levier pour apprendre à gérer son budget global. L’absence de gratuité et la liberté de choix mettent la personne dans une situation de non-dépendance ; elle peut ainsi se sentir plus autonome et digne en restant consommatrice et en s’associant à une attitude civique soucieuse du développement durable. Les BA sont associées aujourd’hui à plus de 350 épiceries sociales.