Accueil

APPEL A DES BENEVOLES : Collecte des 24, 25 et 26 novembre 2017

Si vous avez un peu de temps disponible pour aider la Banque Alimentaire de ROUEN et sa Région, vous pouvez remplir la fiche suivante :

Votre nom (obligatoire)

Votre prénom

Votre email

Votre téléphone

Votre rue

Votre code postal.....Votre ville

Sujet

Votre message

Vous pouvez aussi nous appeler Au : 02 35 08 44 04  Merci

DON DU CHOEUR UNISSON A LA BANQUE ALIMENTAIRE

Les salariés et bénévoles de la Banque Alimentaire de Rouen et sa Région ont reçu, mardi 26 septembre 2017, Frédéric GRENTE, chef de la chorale UNISSON, venu leur remettre un chèque de 701.11 €.

Le chœur UNISSON a  récolté   cette somme le 2  avril dernier, lors d’un concert à  l’église  Saint-Martin de Barentin, au profit de la Banque Alimentaire.

Ce genre d’action honore celles et ceux qui y participent. Nous avons, dans notre beau pays, quantité de gestes désintéressés qui montre que la solidarité envers tous ceux qui souffrent n’est pas un vain mot.

JEUNES EN ALTERNANCE ENVOYÉS PAR LE CRÉDIT AGRICOLE

Le jeudi 13 septembre 2017, la Banque Alimentaire de Rouen et sa Région a reçu une dizaine de jeunes personnes en alternance (Crédit Agricole + études).
Ces jeunes ont été dirigés par Nathalie, chef du dépôt, vers des actions concernant la préparation de denrées avec mise en cagettes.
Yves LIGOT, Président, leur avait rappelé le rôle de la Banque Alimentaire de Rouen et sa Région et ses actions toujours dirigées vers les milieux défavorisés.
Une photo souvenir a clôturé cette demi-journée passée dans une excellente ambiance.
Le Crédit Agricole habitue ses futurs collaborateurs, au travers d’une visite, suivie d’actions à la Banque Alimentaire de Rouen, a mieux connaître l’environnement concernant l’aide alimentaire apportée à 14 240 bénéficiaires.
Nous soutenons cette action.

Décès de Michel GELIN

La Banque alimentaire de Rouen et sa région vient de perdre un de ses précieux collaborateurs bénévoles.
Michel nous a quitté brusquement à l’age de 81 ans.
Il était un des piliers de la BARR et a connu 3 présidents.
Il siégeait au CA et était membre du bureau.
Il s’occupait plus spécialement des approvisionnements issus du monde agricole.
Il était responsable des collectes dans la ville de Dieppe.
Pour tout cela et pour son désintéressement personnel, nous nous souviendrons de lui et son souvenir ne va pas s’éteindre de sitôt.

Yves Ligot  Président de la BARR

Clères. les jeunes Allemands ont remis un chèque à la BaRR

Des Allemands, âgés de 12 à 17 ans, étaient accueillis du 18 au 27 juillet dans le cadre du comité de jumelage Clères-Bosc-le-Hard-Goldenstedt. Le thème qu’ils avaient choisi pour cette venue en France était « la solidarité en période de crise. »
Ce groupe de treize jeunes, encadré par Gesa et Marie, a fait un don de 100 € à la Banque alimentaire de Rouen et de sa région lors de leur visite des locaux au Houlme le 25 juillet. Cette somme représentait le montant d’une vente d’objets réalisés par leurs soins, sous la halle de Clères et dans le hall du carrefour Market de Bosc-Le-Hard, le 22 juillet. C’était lors d’un atelier créatif la veille.

Damien ADAM – Député de Seine-Maritime 8/juin/2017

Hier après-midi, j’ai eu l’occasion de visiter les locaux de la Banque Alimentaire de Rouen et sa Région, guidé par Yves Ligot, son dynamique président.
Dans le projet que je porte, l’économie sociale et solidaire tient une place de choix. Plus jeune, j’ai moi-même été bénévole auprès d’une association venant en aide aux plus démunis.
La Banque Alimentaire de Rouen, ses salariés, ses bénévoles permettent à près de 15000 bénéficiaires de subvenir à leurs besoins en trouvant également écoute et réconfort. Élu deputé, je soutiendrai le modèle associatif.
Je m’y engage.

Fête de la solidarité :

Merci aux bénévoles et aux salariés de la Banque Alimentaire pour la très bonne organisation de la journée de la solidarité au parc de Clères le samedi 20 Mai 2017.

Merci à tous les responsables d’associations et les bénéficiaires pour leurs participations à cette journée qui a été très appréciée de tous.

Vous pouvez visualiser quelques photos de la fête de la solidarité en cliquant sur le lien suivant : Photos de la fête de la solidarité : Les enfants étaient ravis

DONS DE VETEMENTS ET DE LIVRES POUR ENFANTS

Un grand merci à la société Idkids de Tourville la Rivière et en particulier à Mme Carol Labbaci directrice et Marie Valérie Bureau pour le don de vêtements et de livres pour enfants: Nos bénéficiaires ont beaucoup apprécié ce don pour leur venir en aide autrement qu’à travers l’aide alimentaire. Merci pour votre grande générosité.

Collecte à la Maison des Anciens Rouen


Un grand merci à Valérie Fourneyron et Caroline Dutarte pour leurs soutiens auprès de la Banque Alimentaire de Rouen et sa Région.

Un grand merci à Philippe Monnier pour son engagement et son soutien lors de la collecte de la maison des anciens.

COLLECTE DE PRINTEMPS : Lettre d’une bénévole

Je voulais vous dire à quel point j’ai été heureuse de pouvoir participer à la collecte de la banque alimentaire vendredi après-midi au Simply Market. J’ai été très touchée par la grande générosité des gens, notamment ceux qui à priori n’ont pas de grands moyens. Pourtant, ils ont donné non pas du superflux, mais de ce qui était nécessaire pour eux… quelle bonté !
La personne avec qui j’ai fait la collecte, une dame dont je ne me souviens pas le nom, m’a très bien accueillie, et je me suis donc sentie à l’aise, heureuse, à ma place dans cette grande et belle chaîne de solidarité.
J’espère donc pouvoir continuer à participer ! Bonne continuation

COLLECTE : Reportage de la chaine normande:


Le Département de la Seine Maritime partenaire du lancement de la collecte de printemps de la Banque Alimentaire
L’association Banque Alimentaire de Rouen et sa Région est connue et présente sur le territoire depuis plus de 30 ans. Sa mission est d’apporter une aide alimentaire indirecte en organisant la collecte de denrées (grandes distributions, dons…), la logistique (stockage, transport…), et la distribution vers des organismes de proximité qui assurent une redistribution sous forme de colis auprès des ménages en situation de précarité.

COLLECTE : Reportage de FR3 Normadie:

COLLECTE DES ECOLES

Notre collecte dans les écoles maternelles, primaires, collèges et lycées nous a permis d’approvisionner 10,6 tonnes de précieuses denrées, soit l’équivalent de 21200 repas, denrées qui seront redistribuées aux familles les plus démunies de notre département.
171 établissements scolaires soit 24300 élèves ont participé à cette action.
Que ces établissements soient tous remerciés pour leur aide, leur action pédagogique de sensibilisation
à la générosité et au partage menée auprès des jeunes élèves ainsi que pour l’excellent accueil qui a été réservé à nos bénévoles et aux équipes de ramassage.

Disparition dU fondateur de la Banque Alimentaire de Rouen

C’est toujours avec tristesse que nous voyons un homme de conviction nous quitter.
Je représente ici la Banque Alimentaire de Rouen et sa Région et nous ne pouvons oublier tous ceux qui ont précédé notre action.
1985 a été l’année où Monsieur BURCKARD a créé la Banque.
J’imagine les difficultés qui ont été les siennes à cette époque.
Mais le courage et l’abnégation ont été payants et ont permis de lancer cette généreuse action tournée vers des déshérités.
Le 28 mai 2015, pour le 30ème anniversaire de sa fondation au Parc de Clères et réunissant 800 bénévoles, salariés, associations et bénéficiaires, a prouvé à tous le sens de l’action désintéressée et tournée vers les autres.
Vous étiez là, Monsieur BURCKARD et vos yeux pétillaient en voyant autour de vous la joie et le bonheur de tous.
Nous devons tant à ceux qui nous ont précédés et le souvenir ne doit pas s’éteindre.
Vous avez tant donné. Merci. Au revoir Monsieur BURCKARD
Yves LIGOT, Président de la Banque Alimentaire de Rouen et sa Région

Tous solidaires

Il y a 10 ans, l’abbé Pierre disparaissait. Son action et celle des organisations d’aide aux déshérités est plus que jamais d’actualité…Pour revoir l’interview d’Yves Ligot Président de la Banque Alimentaire de Rouen et sa région, Philippe Dupont directeur du lieu de mémoire de l’abbé pierre à Esteville et Isabelle Lacape directrice de l’hébergement de l’association Emergence-s :

2017cartedevoeux
.
.
.
.
.
.
.
.
.

Rouen : le mondial de handball solidaire des plus démunis

Pendant tout le mondial de Handball, qui se dispute en partie, actuellement, à Rouen, la Banque Alimentaire va pouvoir récupérer les produits périssables non consommés pendant les matchs.
es sandwichs, salades, yaourts vendus aux bénévoles notamment pour se restaurer mais aussi les pièces de cocktail destinés aux VIP qui n’ont pas été mangées ne sont pas perdus.
Ces denrées sont redistribuées via les associations partenaires de la Banque alimentaire dans la journée aux plus démunis.
Ce partenariat a été possible grâce notamment à la Fédération de Handball qui dans ses différents appels d’offres avait demandé aux entreprises de lutter contre le gaspillage. La Banque alimentaire avait déjà noué de tels partenariats pendant l’Euro de Foot.
Aujourd’hui, le nombre de bénéficiaires de la Banque alimentaire de Rouen compte 13 000 bénéficiaires c’est presque le double d’il y a 3 ans.
VIDEO : le reportage d’Emmanuelle Partouche et Philippe Derouet (montage Marie Céline Varin)

Hand Ball et Banque Alimentaire

COLLECTE NATIONALE les 25,26 et 27 Novembre 2016

Un grand merci aux 2000 bénévoles qui nous ont aidé lors de la collecte nationale dans les magasins, pour le transport ou au dépôt pour le tri des marchandises.

Manque de bénévoles et suppression des sacs plastique :

nathalie

À plus de deux mois de la collecte nationale d’automne, la Banque alimentaire de Rouen et sa région lance déjà un appel au bénévolat : la suppression des sacs plastique en caisse complique la tâche.

Nathalie Chérif, responsable du dépôt du Houlme, où les produits sont classés en fonction des besoins des associations destinataires

Réputée pour sa ponctualité aussi fiable qu’une horloge suisse dans la distribution de denrées aux 79 associations caritatives bénéficiaires, la Banque alimentaire de Rouen surprend cette année par la précocité de son appel aux bénévoles pour la collecte nationale d’automne, qui aura lieu le dernier week-end de novembre 2016. À cela une raison, enfin plusieurs, qui valent au staff de direction une certaine fébrilité.

D’abord, malgré l’énergie vitale déployée par les soixante volontaires qui, au quotidien, contribuent gracieusement à la distribution de 4,8 millions de repas par an en Seine-Maritime (chiffres 2015), les opérations spéciales nécessitent toujours un coup de main supplémentaire. Et maintenant plus que jamais.

Sur l’ensemble de son secteur qui couvre tout le département sauf la pointe de Caux, la Banque de Rouen et sa région a recensé 230 magasins susceptibles d’accueillir une collecte. « On ne pourra être présents que sur 110 sites, par manque de bénévoles », regrette Mari Carmen Lanchon, chargée de communication. Un manque à gagner de 130 tonnes, alors même que le nombre de bénéficiaires a fait un bond de 20 % au premier semestre 2016 en Seine-Maritime (lire ci-dessous)… « Il est en constante évolution, se désole Yves Ligot, le président de la Banque rouennaise. De 7 500 bénéficiaires, il y a trois ans, nous arrivons à 13 000 en juillet 2016. »

Les jeunes se mobilisent

Autre coup de masse encaissé le 1er juillet et qui menace de ruiner des années d’efforts produits pour que le don devienne un réflexe acquis chez les clients des supermarchés : l’interdiction de l’usage des sacs plastique en caisse. Le problème est ici purement pratique et logistique, dans la mesure où la gestion du vrac nécessite une présence accrue de collaborateurs. « D’autres banques françaises ont trouvé la parade en prévoyant des systèmes de boîtes en carton », note Mari Carmen Lanchon. Ici, « un flyer sera distribué à l’entrée des magasins. Les clients pourront déposer leurs dons dans de grands sacs réutilisables offerts par les enseignes afin que les bénévoles les déposent dans les camions pour l’acheminement jusqu’à la Banque alimentaire. » Du reste, la Banque, qui depuis trente-et-un ans a bâti sa renommée sur le principe de la lutte contre le gaspillage alimentaire, adhère naturellement à l’engagement pour la défense de l’environnement.

La collecte aura lieu les vendredi 25, samedi 26 et dimanche 27 novembre 2016. Le profil recherché pour assurer une présence aux portes des supers et hypermarchés de la région est assez large pour convenir à tout le monde : il suffit d’être disponible au moins deux heures. D’ailleurs, se rassure le président, parmi la centaine de bénévoles qui se manifestent chaque année, « nous constatons que les jeunes sont désormais présents quelques heures ».

Sandrine Grosjean (avec correspondant)

Devenir bénévole : Banque alimentaire de Rouen et sa région, 165, rue du Général-de-Gaulle, Le Houlme. Tél. 02 35 08 44 04 ba.collecte.@barouen.fr

« On n’est pas que dans le bifteck »

Loin d’être un simple garde-manger en libre-service financé par les dons et l’aide européenne (à hauteur de 15 %), la Banque alimentaire contribue aussi à tisser du lien social comme on dit. Et ce n’est pas un vain mot.

« Les gens ne se figurent pas », dit Pascal, qui assure depuis un an le secrétariat de la Banque alimentaire au dépôt du Houlme, où les associations adhérentes viennent s’approvisionner chaque jour. « Souvent, les personnes étrangères au système associent la Banque alimentaire aux immigrants. Mais les bénéficiaires, il y en a en milieu rural, parmi les étudiants, de toutes catégories. On entend parfois : « La bouffe va aux immigrants. » C’est pas ça du tout. » Depuis deux ans, l’antenne rouennaise de la Banque a mis en service deux camions qui desservent les campus de Mont-Saint-Aignan, Pasteur et Madrillet, à raison de deux fois par semaine. Symptôme de la précarité croissante des étudiants, environ six cents jeunes, inscrits sous conditions de ressources, bénéficient de l’aide.

Gâteaux et mise en plis

L’épicerie sociale itinérante dessert aussi certaines communes isolées en milieu rural, où l’action dépasse largement la distribution de nourriture. « Au fin fond du pays de Bray, raconte Mari Carmen Lanchon, chargée de communication de la Banque, une bénévole avait l’habitude de faire des gâteaux pour les bénéficiaires. Eh bien l’un d’entre eux s’est mis à apporter des légumes de son propre jardin pour qu’elle les cuisine ! »

Dans une autre commune, c’est cette petite dame qui a pris l’habitude de se faire une mise en plis avant de venir au rendez-vous hebdomadaire du camion. Ailleurs, les habitués devancent même l’arrivée de la tournée en se réunissant autour d’un café et de petits gâteaux… Bref, « on n’est pas que dans le bifteck », résume Mari Carmen Lanchon. Si la nourriture relève de l’urgence, la Banque accepte tous les dons. Des cartables ont par exemple été distribués à la rentrée à des associations spécialisées dans l’aide à l’enfance.

Conserves XXL

Tout le monde sait comment accommoder une boîte de haricots ou de petits pois, et les conserves de légumes sont d’ailleurs très prisées par les bénéficiaires de la Banque alimentaire. Mais quand la boîte de cassoulet vous arrive sur la table en conditionnement de 5 kg… il faut soit avoir une famille très, très nombreuse à nourrir, soit se résoudre à en manger toute la semaine y compris au petit dej. C’est le problème posé depuis un an par les fabricants, qui « vendent désormais les conditionnements usuels aux solderies et nous laissent les boîtes réservées à la restauration collective », informe la responsable de communication de la Banque. Mari Carmen Lanchon a donc mis à contribution ses collègues femmes du club de services Soroptimist de Rouen pour décliner des fiches cuisine (avec des recettes de soupes, salades, purées…) à destination des associations adhérentes. À venir aussi, les recettes pour les diabétiques et les plus de 55 ans

Chiffres clés

De 1 800 tonnes de denrées distribuées en 2012 (équivalant à 3,8 millions de repas pour une valeur marchande de 5,5 M€), la Banque alimentaire de Rouen est passée à 2 400 tonnes en 2015 (4,8 millions de repas, 9,03 M€).
Elle comptait, fin juin 2016, 13 000 bénéficiaires, en constante augmentation, qui perçoivent l’aide via les 79 associations adhérentes de la Banque
(7 salariés et une soixantaine de bénévoles). En 2015, la collecte de printemps avait permis de récolter 82,5 tonnes de denrées, celle d’automne 128 tonnes.

De Forges à Gournay : la banque alimentaire est à la recherche de bénévoles http://www.leclaireur-ladepeche.fr

La banque alimentaire manque de bras. De Forges à Gournay, des bénévoles sont recherchés.

Christian Alexandre, bénévole de la banque alimentaire chargé des collectes, lance un appel au bénévolat. –

La banque alimentaire de Rouen prospecte en pays de Bray, particulièrement sur les secteurs de Forges et Gournay. Car les besoins sont importants, notamment pour la grande collecte organisée dans les grandes surfaces les 25, 26 et 27 novembre prochains.

« Nous recherchons des bénévoles pour deux ou trois heures », explique-t-on du côté de l’organisme.

Associations partenaires

Une collecte essentielle dans la vie de l’organisme. « C’est très très important, insiste Christian Alexandre, bénévole de la banque alimentaire chargé des collectes. Mais d’une manière générale, nous avons toujours besoin de gens prêts à donner un peu de leur temps ».

A la banque alimentaire elle-même mais aussi au sein de ses associations partenaires qui redistribuent la nourriture. Pour Gournay il s’agit de La Croix RougeForges solidarité gère le territoire forgion. La banque alimentaire, elle, collecte sur Rouen et sa Région un maximum de denrées alimentaires puis gère tous les produits collectés et acheminés dans ses entrepots.

 

Etudiants

La banque alimentaire aide des étudiants sur les campus de Rouen

Un millier d’étudiants vient à la distribution de colis alimentaires sur les 3 campus. Ils sont retenus selon des critères sociaux, comme le fait d’être boursier.
Pour visualiser le reportage de Bérangère Dunglas et Jean-Luc Drouin, cliquez ici

C’est la 3e année que la banque alimentaire de Rouen propose cette aide. Un prix modique est demandé aux étudiants : 3 euros pour 5 kilos de nourriture. Les étudiants sont doivent être boursiers, exonérés de droits d’inscription, et justifier de difficultés à se nourrir. 

© Capture d'écran

L’Épicerie itinérante de Rouen et de sa région distribue des paniers de denrées aux étudiants qui disposent de peu

Témoignages. L’an dernier, l’Épicerie itinérante, émanation de la Banque alimentaire, a aidé chaque semaine plus de 1 000 étudiants en leur distribuant des paniers de 5 kg de denrées. Rencontre avec les nouveaux inscrits.

Les étudiants signent une charte

Filiale de la Banque alimentaire, l’Épicerie itinérante de Rouen et de sa région (EI2R) a été créée en 2014. Elle répond à deux nécessités : « Aider les étudiants qui ont des fins de mois difficiles et aller dans les campagnes distribuer des denrées aux plus démunis », explique le président de l’association, Jean-Louis Pégorier. L’équipe de l’épicerie compte une vingtaine de bénévoles et dispose de deux camions réfrigérés pour les tournées. L’an dernier, plus d’un millier d’étudiants ont été aidés. « Quand nous avons lancé l’épicerie, nous nous sommes basés sur une étude qui disait qu’environ 10 % des 25 000 à 30 000étudiants rouennais ne mangeaient pas à leur faim ». Chaque semaine, l’épicerie distribue des paniers de 5 kg (moyennant 3 € par panier) avec les produits issus de la Banque alimentaire : pâtes, riz, conserves, des produits frais si possible, et des surgelés… Les bénéficiaires sont tout autant français qu’étrangers et en proportion égale, on compte autant de jeunes gens que de jeunes femmes. « L’an dernier, confie le président, nous avions un étudiant arrivé d’Afrique. Ses parents lui avaient donné 1 200€ pour toute son année. Ils avaient dû estimer que c’était suffisant par rapport à leurs propres revenus, mais bien sûr, c’était impossible ». À l’inscription, les étudiants signent une charte et s’engagent à ne pas gaspiller les denrées, à respecter les créneaux de livraison et à participer aux frais de 3 € par panier

Dans l’imposant hall de la fac de droit et d’économie, avenue Pasteur, cinq bénévoles de l’Épicerie itinérante de Rouen et de sa région (EI2R) ont pris place devant des tables installées pour l’occasion. Les étudiants se succèdent par vagues.

Elisa (19 ans) redouble sa première année de droit. Elle est venue s’inscrire pour la première fois. Ses fins de mois sont « difficiles, je suis obligée de rogner sur tout, je ne peux plus sortir et même pour pouvoir prendre le train et rentrer chez mes parents à Pacy-sur-Eure, je dois faire très attention. » La jeune femme a négocié avec sa banque « un découvert de 400 €, pour faire face aux difficultés ». Et si Elisa a trouvé «pas si facile de venir s’inscrire et demander l’aide de l’épicerie itinérante, » elle pense aussi que « c’est un système plutôt pas mal et cela enlève une épine du pied en fin de mois ».

« Quand on est dans le besoin… »

Depuis la rentrée 2015, l’Épicerie itinérante de Rouen et de sa région (EI2R) propose aux étudiants qui ont des fins de mois difficiles de les aider grâce à la distribution de paniers de 5 kg de denrées alimentaires.

L’an dernier, 670 étudiants se sont inscrits en 2015 sur le campus universitaire de Mont-Saint-Aignan ; 250 sur le campus du Madrillet et 160 sur le campus Pasteur, soit 1 080 étudiants qui ont bénéficié des paniers.

Déborah (22 ans) est en master 1 de management. Elle a découvert l’existence de l’épicerie « grâce à des amis » et s’est inscrite « pour voir ce que ça donne ». Lise (22 ans) est en master 1 de droit public. Selon elle, les paniers de l’épicerie itinérante sont « un vrai soulagement, cela enlève un poids dans mes dépenses ». Boursière, c’est un mail de l’université qui l’a prévenue de l’existence de l’EI2R. « Ce n’est pas facile de venir s’inscrire mais quand on est dans le besoin, il faut se forcer un peu. Et puis, cela me permettra de faire des économies et de m’offrir un peu plus de loisirs ». À 18 ans, Léna est en IUT « tech de co », elle vient de Mers-les-Bains. « J’ai vu l’info sur l’épicerie sur la page internet de l’université. Pour moi, ce n’est pas toujours facile de manger ce qu’on veut, du coup, il faut toujours faire attention à tout… ».

À 22 ans, Enrico est venu s’inscrire pour la deuxième année à l’épicerie. « C’est très bien », raconte-t-il. «C’est très divers ce qu’ils mettent dans les paniers : il y a souvent du lait, des pâtes, du riz, des boîtes de conserve, et souvent des Kinder aussi… c’est pas mal. C’est un bon complément alimentaire et du coup, je mets un peu de côté pour les loisirs ». Quant à faire la démarche de demander de l’aide, Enrico a vite sauté le pas « après avoir passé l’idée psychologique d’avoir besoin d’aide ». Et si le sujet des fins de mois difficiles n’est pas tabou entre étudiants, ce n’est pas non plus un sujet récurrent.

« Surtout, pensez bien à apporter un sac isotherme pour les surgelés », précise un des bénévoles à une jeune recrue. « Et puis, si vous avez un peu de temps dans l’année, c’est bien de venir aider les bénévoles à l’association. »

Pour que le coup de main ne soit pas à sens unique…

PATRICIA BUFFET

p.buffet@presse-normande.com

PRATIQUE

Les distributions des denrées auront lieu le lundi, de 18 h à 19 h 30, dans la fac d’économie avenue Pasteur ; le mardi, de 18 h à 20 h 15 au Madrillet, à la fac de sciences ; le mardi et le jeudi de 18 h
à 19 h 45, dans les locaux préfabriqués de la CCU, près de l’église Notre-Dame de Miséricorde. Il est toujours possible de s’inscrire sur ces créneaux horaires.

Une condition nécessaire pour s’inscrire : être boursier (français ou étranger), ou être exonéré des frais d’inscription à l’université, ou être envoyé par les services sociaux de l’université, ou avoir un
« reste à vivre » inférieur à 200 €.

ETUDIANTS : Vous avez des difficultés à finir vos fins de mois ?

Pensez à l’aide alimentaire de l’Epicerie itinérante de Rouen et sa Région : EI2R

Chaque semaine l’El2R vous propose environ 5 Kg de denrées alimentaires, soit l’équivalent de 10 repas pour une participation de 3€ ce qui, chaque mois, représente une économie de plus de 50 € sur votre budget alimentaire !

LES CONDITIONS D’ACCES (une seule parmi les 4 suffit).

. Etre boursier de l’enseignement supérieur

. Etre dispensé des frais universitaires ou de l’Ecole

. Etre présenté par une personne habilitée de l’Université, du Crous ou de l’Ecole. (assistante sociale, responsable de la vie étudiante,….)

. Avoir des difficultés financières entraînant une mauvaise alimentation. Dans ce cas une étude des ressources est effectuée lors de l’inscription, celles-ci doivent être inférieures à un certain plafond.

POUR LES INSCRIPTIONS RENDEZ-VOUS ENTRE 16H30 et 19H

. Les lundis 19 ou 26 Septembre pour les étudiants de Pasteur, au pied de l’Amphi 300 de la Faculté d’Economie-Droit.

. Les mardis 20 ou 27 Septembre pour les étudiants du Madrillet en Salle du Conseil au rez de chaussée de la Faculté des Science,

. Les mardis 20 ou 27 Septembre et Jeudis 22 et 29 Septembre pour les étudiants de Mont Saint Aignan dans des locaux préfabriqués situés près de l’Eglise Notre Dame de Miséricorde en face de la piscine de Mont Saint Aignan.

Lors de l’inscription, il est indispensable de vous munir de la photocopie de la carte d’étudiant ou de son équivalent et de la photocopie du document correspondant à la condition d’accès utilisée, sinon l’inscription ne peut pas avoir lieu.

EI2R et Le Bateau de Brotonne –  Brotonne-service

ei2rJe connais Le Bateau de Brotonne et Brotonne-service depuis plusieurs années. Ce sont deux acteurs incontournables dans notre région dans le domaine de l’aide à domicile et de l’insertion. Il y a quelques mois de cela Huguette Denise, son infatigable présidente, et Jean-Pierre Hauchard, son fidèle directeur, sont venus me voir pour me sensibiliser sur leurs finances toujours sous tension malgré une gestion saine et des efforts constants. Je leur ai proposé de participer financièrement à l’achat d’un nouveau camion frigorifique jusqu’alors loué et dont le coût pesait dans leur budget. Grâce au dispositif Solidarité 76 ( Département et Région) et à une contribution de la Caisse d’Epargne, le camion a pu être intégralement pris en charge. Vendredi soir à Caudebec-en-Caux, lors de l’inauguration officielle du camion en présence de Bastien Coriton, Francois Martot, Didier Peralta et Nathalie Lecordier, il y avait une telle satisfaction chez les salariés des différentes structures. Avec même un indice de satisfaction qui ne trompe pas, le sourireiche

Lutter contre le gaspillage alimentaire

Rencontre avec Yves Ligot, président de la Banque alimentaire de Rouen et sa région et Mari-Carmen Lanchon chargée de communication.

Lutter contre le gaspillage alimentaire est notre philosophie, rappellent Yves Ligot et Mari-Carmen Lanchon – © V. Sorieul

Quels sont les besoins ?

Yves Ligot : Nous collectons tout et nous redistribuons tout et ce sans période d’interruption. Nous avons distribué l’équivalent de 5 millions de repas l’année passée Il y a deux banques alimentaires en Seine-Maritime, la partie ouest sur le Havre à gauche d’Yvetot et la partie est sur Rouen. La demande a hélas encore progressé de 30 % en deux ans. La Banque alimentaire de Rouen et sa région (BARR) sert 10 000 bénéficiaires. Les agriculteurs seinomarins sont généreux et nous les remercions. Sur les 2 500 tonnes collectées l’année passée par les camionnettes de la banque alimentaire, 100 à 120 tonnes proviennent du secteur agricole. Une personne est d’ailleurs affectée spécifiquement à la prospection du secteur. Les agriculteurs doivent savoir que nous établissons une attestation fiscale pour les dons. Ce matin, une productrice de pommes nous a contactés pour enlever deux palettes.

Nous avons besoin de fruits et légumes, de légumineuses. Nous préférons des produits déjà conditionnés, mais il nous arrive aussi fréquemment de reconditionner des légumes livrés en vrac. En cas de surplus de dons nous les redirigeons vers d’autres banques. Nous n’avons pas besoin de lait car celui-ci nous est fourni en quantité suffisante. Lutter contre le gaspillage alimentaire est notre philosophie. Il faut savoir que les fruits et légumes impropres à la consommation humaine sont donnés au Parc de Clères pour les animaux.

unionagricole2

Les 90 associations qui ont l’agrément pour distribuer les produits aux bénéficiaires de la zone que couvre la BARR viennent au Houlme chercher leurs commandes. – © Valérie Sorieul

Comment les dons sont-ils distribués ?

Yves Ligot : La Banque alimentaire est une ruche qui ne pourrait fonctionner sans l’implication de la trentaine de bénévoles et des sept salariés qui s’activent tous les jours pour réceptionner, trier, reconditionner, préparer les commandes à l’attention des 90 associations qui ont reçu l’agrément des CCAS et de la préfecture pour distribuer les produits aux bénéficiaires de la zone que nous couvrons. Nous vérifions nous-mêmes sur le terrain que les aliments sont conservés dans les conditions d’hygiène requises. Nous récupérons des congélateurs auprès d’entreprises partenaires pour équiper les locaux de distribution qui en ont besoin. Les associations se déplacent au Houlme pour venir chercher les commandes.

Comment l’action de la Banque alimentaire est-elle perçue sur le terrain ?

Mari-Carmen  Lanchon : Les banques alimentaires n’ont pas vocation à rencontrer les bénéficiaires. Ce sont les associations qui ont le contact. Mais nous réfléchissons à des actions qui vont au delà de la première subsistance pour sortir les gens de leur quotidien. Ainsi l’année passée nous avons organisé une grande fête au parc de Clères. Des bénéficiaires disaient, « c’est la première fois qu’on a une journée de vacances de notre vie ». Comme c’était la veille de la fête des mères, les enfants sont repartis avec une rose à offrir. Je me souviens d’un enfant qui ébahi devant toutes ces fleurs m’a dit « c’est tellement beau que l’on se croirait au mariage du prince William ».

Nous avons créé une épicerie itinérante qui distribue une aide alimentaire aux étudiants et dans les milieux ruraux. Nous avons ainsi une approche terrain riche d’enseignements.

Avez-vous de prochaines actions en vue ?

Mari-Carmen  Lanchon : La prochaine date est évidemment la collecte du 22 au 24 avril. Plus loin, nous essayons de monter un concert à l’opéra de Rouen, où des places seraient offertes aux bénéficiaires par des entreprises donatrices. Les bénéficiaires côtoieraient ainsi les donateurs et les bénévoles. Il y a aussi deux groupes de rock qui nous ont contactés pour jouer au bénéfice de la banque alimentaire. Enfin, je rêve d’organiser un marché géant avec des agriculteurs dont les bénéfices seraient partagés entre eux et la banque alimentaire. Car nous ne voulons pas être que demandeurs. Nous voulons être dans le partage. Une belle occasion de tisser des liens, j’attends une proposition !

unionagricole3

Les fruits et légumes livrés en vrac sont reconditionnés – © article publié sur le site L’Union agricole le 20 avril 2016 par Valérie Sorieul.

Pour effectuer un don à la BARR contacter Michel Gelin au 02.35.08.53.58.

 

 

 

 

GRDF offre un camion à la Banque alimentaire de ROUEN

Le camion qui tombe à pic
Emmanuel SHILLEWAERT, directeur térritorial GRDF de Haute Normandie, a remis les clefs d’un véhicule utilitaire à Yves LIGOT, président de la Banque Alimentaire de ROUEN et sa Région a souligné Emmanuel SHILLEWAERT. Depuis 2009, de nombreux collaboraturs de GRDF sont mobilisés pour mener des actions concrètes de solidarité aux coté des Banques Alimentaires de proximité. Ce sera le cas pour la collecte d’hiver du week end prochain. Samedi 28 novembre, les salariés de GRDF Normandie se succéderont tout au long de la journée avenue Pasteur, pour assurer la collecte auprès des bénévoles de la banque.
Mot du président
Monsieur le directeur, chers amis
Nous voici réunis près du véhicule que nous remet gracieusement Mr SHILLWAERT, directeur térritorial GRDF de Haute Normandie.
Derrière ce don, se profile une cause humanitaire défendue depuis longtemps par cette grande entreprise nationale.
GRDF a toujours été un partenaire des Banques Alimentaires et localement, a mené des actions et proposé des idées nouvelles concernant les collectes locales et nationales.
Sachons remercier les hommes et les femmes qui en donnant le meilleur d’eux-mêmes, participent au succès d’une œuvre pour nous indispensable.
Les temps sont difficiles
– 7000 bénéficiaires en 2013
– 10000 en 2015
Les besoins restent immenses et ne prennent pas le chemin d’une quelconque diminution.
A nous d’améliorer nos performances et de trouver de nouvelles sources d’approvisionnement afin d’assurer l’aide alimentaire pour tous.
restons cependant confiants en tous ceux qui croient en leur action et ne ménagent pas leurs efforts.
Notre plus grande satisfaction n’est-elle pas de constater le sourire de celles et ceux que nous retrouvons dans les villes, sur les campus ou en milieu rural.
Merci encore, Monsieur le Directeur pour votre action.